Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
  Accueil > Groupe 1> Thématique
 
Thématique

Personnel

Publications

 

Barrière épidermique

 

 

 

La différenciation de l’épiderme est un phénomène orienté au cours duquel les kératinocytes issus de l’assise basale présentent une série de remaniements métaboliques et structuraux tout au long de leur migration vers la surface de la peau. Dans les stades tardifs, ils subissent un processus spécifique de mort cellulaire programmée, la cornification, qui aboutit à la transformation du kératinocyte granuleux, dernier stade nucléé de la différenciation kératinocytaire, en cornéocyte. La couche cornée, formée de l’empilement des cornéocytes, assure une des principales fonctions de l’épiderme, la fonction dite « barrière », vitale pour l’organisme. Ainsi, c’est au niveau du kératinocyte granuleux que culmine la production des précurseurs de l’enveloppe cornée et autres constituants cellulaires spécifiques de la couche cornée.

Le groupe étudie les bases structurales, cellulaires et moléculaires, des fonctions de barrière de la couche cornée. Il s'intéresse en particulier à deux propriétés fonctionnelles essentielles de celle-ci, sa cohésion et sa résistance mécanique, à travers des recherches sur l’enveloppe cornée et sur une protéine adhésive des cornéodesmosomes, la cornéodesmosine (CDSN).

L’importance de la barrière épidermique est démontrée par l’effet de son altération au cours de diverses maladies dermatologiques, notamment diverses génodermatoses comme l’ichtyose lamellaire, l’ichtyose liée à l’X, ou encore le syndrome de Netherton, qui sont liées à des mutations de gènes exprimés uniquement à un stade tardif de différenciation kératinocytaire.

Le second objectif du groupe est de décrypter la physiopathologie de diverses ichtyoses encore mal caractérisées et plus particulièrement celle du « Peeling Skin Disease », maladie rare dans laquelle des mutations non-sens du gène CDSN ont été récemment mises en évidence.  

 

bandeau

 

Détection de la Cornéodesmosine par immunohistochimie sur coupe de peau humaine normale.

Représentation schématique de la Cornéodesmosine humaine. Les deux domaines « boucles glycine » sont représentés en vert, les numéros désignent les résidus d’acides aminés délimitant les domaines. Le peptide- signal est représenté par un carré blanc, le site de N-glycosylation par un ovale orange. Le domaine « boucles glycine » N-terminal est représenté en détail.

Observation en microscopie électronique à transmission de l'épiderme de souris nouveau-né KO pour le gène Cornéodesmosine, montrant la rupture des cornéodesmosomes (têtes de flèches) à l’interface couche granuleuse / couche cornée.  G : kératinocyte granuleux ; C1 : cornéocyte.

 

 

 

 

inserm

Annuaires

Rechercher


Sur le WEB du CNRS



Unité Différenciation Epidermique et Autoimmunité Rhumatoïde (UMR 5165)

Imprimer Contact Plan du site Crédits Accueil