Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
  Accueil > Groupe 2 > Thématique
 
Thématique

Personnel

Publications

Différenciation terminale du kératinocyte

 

 

 

L’épiderme est un épithélium pluristratifié constitué majoritairement de kératinocytes. Ces cellules se différencient tout au long de leur migration depuis l’assise basale vers la surface de la peau, pour finalement se transformer en cornéocytes selon un véritable processus de mort cellulaire programmée, la cornification. L'empilement des cornéocytes constitue la couche cornée, couche la plus superficielle de l'épiderme. C’est une barrière biologique d’une importance extrême, puisque c’est elle qui sépare notre organisme du milieu extérieur. Elle présente une grande résistance mécanique, s'oppose aux déperditions hydriques, prévient la pénétration de molécules exogènes et de microorganismes pathogènes, et adsorbe une partie du rayonnement solaire ultraviolet. C’est aussi une barrière d’une fascinante complexité biochimique et structurale.

Nous poursuivons l'étude des bases moléculaires de la transformation du kératinocyte granuleux en cornéocyte. Des dizaines de protéines potentiellement impliquées ont été identifiées à la suite de l’analyse du transcriptome et du protéome des kératinocytes différenciés. Nous avons choisi d’étudier certaines d’entre elles, par exemple la famille des « S100-fused type proteins ». Les kératinocytes granuleux contiennent de nombreuses structures tubulo-vésiculaires issues de l’appareil de Golgi et dont le contenu est déversé dans les espaces intercellulaires (lipides responsables de l’étanchéité de la couche cornée, peptides antibactériens, protéines de structure mais aussi protéases et inhibiteurs de protéases directement impliqués dans le contrôle de la desquamation). Nous caractérisons les mécanismes et les protéines responsables de la régulation de leur trafic intra-cytoplasmique et de leur sécrétion. Cet objectif fondamental se double d’une recherche à visée médicale visant à comprendre les mécanismes physiopathologiques de la dermatite atopique, maladie inflammatoire chronique de la peau qui touche 15-20% des enfants dans les pays industrialisés et se caractérise par des défauts de structure / fonction de la couche cornée.

  epi  

Pour atteindre nos objectifs, qui vont ainsi de la paillasse au lit du malade, nous utilisons des méthodologies complémentaires dans une approche pluridisciplinaire. Nos travaux qui pourraient à terme déboucher sur la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques sont réalisés en collaboration avec le Service de Dermatologie du CHU Toulouse et avec le soutien des plateformes expérimentales toulousaines et de plusieurs partenaires industriels. Ils s’inscrivent dans les thématiques de réseaux européens auxquels nous appartenons, le programme COST « SKINBAD » et le réseau E2BRN.

 

 

 

 

 

 

inserm

Annuaires

Rechercher


Sur le WEB du CNRS



Unité Différenciation Epidermique et Autoimmunité Rhumatoïde (UMR 5165)

Imprimer Contact Plan du site Crédits Accueil